Bannière votre coach numérique

Parce que l’écriture numérique requiert des connaissances.

Accueil > Exemples > Exemples de travail sur des CV

Exemples de travail sur des CV

vendredi 12 septembre 2014, par Isabelle Dutailly

Deux exemples de CV dans des secteurs différents et deux type de services : une refonte et réorganisation complète dans un cas, une mise en forme technique avec ajouts d’éléments dans le deuxième. Dans les deux cas : seuls les styles de paragraphes et de caractères ont été utilisés pour la mise en page.

  Sommaire  

 Secteur imprimerie

Avant  : trois pages, du texte très redondant, pas de marge en haut, pas d’en-tête ni de pied de page, une prolifération d’attribut de textes, gras, italiques, gras soulignés et beaucoup de majuscules. Un contenu un peu « fouillis » mais dont il est, finalement, assez facile de dégager les points clés et les atouts de la personne.

Après  : deux pages, contenu légèrement réorganisé et réécrit quand cela était nécessaire, ajouts de mentions absentes dans la version originale, un pied de page, celui de la deuxième page reprend automatiquement l’intitulé du CV, et une photo (ici n’est figuré que l’emplacement). Tout est, comme d’habitude, mis en forme avec des styles et donc aisément modifiable. Pas de tableaux, ni de blocs de texte, un CV qui peut ainsi être bien intégré à une base de données.

De trois à deux pages sans tasser !

J’ai repris l’idée du titre en rouge de l’original, mais dans une autre teinte plus douce à l’œil et opté pour l’attribuer à la titraille, au nom et au pied de page ce qui donne une plus grande aération visuelle du texte. Sachant que j’avais toute latitude au sujet des caractères, j’ai décidé de changer le Tahoma d’origine pour un Century Gothic pour les titres et un Bodoni pour le reste du texte qui me semblent bien « coller » avec le profil de la personne. Pour quelqu’un d’autre, dans un autre secteur, j’aurais, évidemment, opéré à des choix différents.

 Finances

Avant  : deux pages de CV quasiment sans marges qui ne passent pas à l’impression. Les informations sont organisées sous la forme de tableau, un procédé à éviter absolument car il ne permet pas une bonne récupération du texte. En l’espèce ici, en transformant les tableaux (car il y en avait plusieurs) en texte, j’ai récupéré les titres empilés les uns au-dessus des autres et les contenus regroupés en dessous, un vrai puzzle. Pas de titre ni d’objectif non plus, ni d’indications chiffrées, le tout en Times.

Des tableaux en texte pour ce CV

Après  : un CV avec des marges et uniquement en texte, pas de tableau, un pied de page qui repend automatiquement l’intitulé du CV. Les espaces entre les titres et les intertitres sont uniformisés, et, évidemment, il est plus facile à modifier au besoin. Pas de souligné, pas d’italique et le caractère Georgia à la place du Times. Le poste, le nom et la localisation des entreprises est sur deux lignes ce qui permet de mettre en valeur le parcours international de la personne, et, bien sûr, l’ajout de données chiffrées qui ne figuraient pas dans la version d’origine. Enfin, j’ai pris le parti de conserver l’allure générale du CV avec les titres dans des bandeaux foncés.


Voir en ligne : le contenu de la prestation